Le Commissaire au droit à l’information et à la protection des données personnelles a organisé l’atelier “Résultats du questionnaire sur l’évaluation des connaissances des autorités publiques sur le droit à la protection des données personnelles“.

Cette activité a réuni 100 représentants et délégués à la protection des données personnelles des institutions centrales, indépendantes et locales. Le questionnaire a été lancé en janvier, à l’initiative du Commissariat au droit à l’information et à la protection des données personnelles dans le cadre du 28 janvier, Journée internationale de la protection des données. Au moyen de ce questionnaire, le Commissariat a obtenu un large aperçu du niveau de connaissance de l’administration concernant la garantie du droit à la protection des données personnelles en tant que droit constitutionnel par les responsables de traitement publics. En outre, le questionnaire visait à évaluer la mise en œuvre des obligations du cadre juridique en vigueur relatives au traitement des données personnelles des citoyens.

Dans son mot de bienvenue, le Commissaire au droit à l’information et à la protection des données personnelles, M. Besnik Dervishi a souligné que “la fourniture de services en ligne et le développement de la technologie imposent une réforme complète et structurée aussi dans ce domaine“. La première étape est la modernisation de la législation, un processus qui aura achevé d’ici la fin de cette année. De plus, l’éducation aux principes de la protection des données personnelles est également importante, si tant que le Commissariat vise à les intégrer dans le système éducatif de notre pays. »

Les résultats du questionnaire ont été présentés par la directrice générale de la protection des données personnelles, Mme Pjerina Gaxha. Le Bureau du Commissaire a constaté que le niveau de connaissance de la législation n’est pas adéquat et nécessite en particulier une attention accrue à la croissance professionnelle par le biais de la formation continue. Au cours de l’activité, une présentation sur le “Délégué à la protection des données personnelles” a également été introduite, une fonction qui, avec la nouvelle législation dans ce domaine, aura un rôle spécifique au sein de la structure des autorités publiques et des responsables de traitement du secteur privé qui collectent et traitent les données.

 

Les résultats du questionnaire se trouvent dans le lien suivant (albanais seulement) : https://www.idp.al/wp-content/uploads/2022/05/Pyetesori_per_diten_e_mbrojtjes_se_te_dhenave_personale.pdf